Transition :

Si votre employeur vous a offert un soutien à la transition professionnelle par l’intermédiaire d’Optimum Talent, cliquez ici pour commencer.

Formulaire de soutien à la transition de carrière

Obtenez de l’aide avec :
  • Évaluation et planification de carrière
  • Perfectionnement et optimisation du CV
  • Soutien à la création de votre profil professionnel en ligne
  • Événements de formation et de réseautage
  • Préparation à l’entrevue

Le blogue Optimum

Quand notre vie personnelle percute notre vie professionnelle

by Sandra Boyd

Depuis l’automne 2015, ma vie personnelle et ma vie professionnelle sont entrées en collision. J’appartiens à une génération à qui l’on a répété qu’il faut séparer la vie personnelle et la vie professionnelle. Qui plus est, j’ai une ascendance catholique irlandaise qu’il faut taire les secrets de famille (sauf peut-être au confessionnal) et je suis particulièrement habile quand il s’agit de compartimenter les choses. Mettez tout cela ensemble et cela vous donne une bonne idée de la composition de mon ADN. Toutefois, une série de crises survenues au cours des trois dernières années ont mis un tel chaos dans ma vie que j’ai parfois l’impression de flotter au-dessus de mon corps.

J’ai travaillé plus de 20 ans en tant que consultante et chef de file en matière de transition de carrière, de gestion de carrière et de gestion du changement, et toutes ces activités professionnelles ont été une source de passion et de joie.

Au début de ma carrière, j’ai fait l’erreur de penser que mes collègues et mes pairs s’emploieraient eux aussi à laisser leur vie personnelle chez eux et qu’ils se pointeraient chaque jour au bureau le sourire aux lèvres. Je pouvais faire preuve d’une certaine empathie mais je trouvais que les gens dépassaient facilement les bornes. Si un collègue laissait un peu trop transparaître sa vie personnelle et que j’avais le sentiment que cela nuisait à son image professionnelle, je me disais intérieurement qu’il avait besoin de se reprendre en mains, quoique cela veuille dire. Je ne savais pas à quel point j’étais dans l’erreur avant que ma propre vie se mette à déraper.

Au cours des trois dernières années, plusieurs bouleversements sont survenus.  Mes deux parents ont reçu un diagnostic de démence, ma capacité de taper au clavier a été entravée pendant 18 mois à la suite d’une chute à l’aéroport, mon père est décédé, le mariage de ma sœur a pris fin et mon mari et moi avons dû annuler trois vacances à cause d’urgences impliquant mes parents. Quand nous avons finalement réussi à partir en Jamaïque, nous avons été drogués et dévalisés. Au travail, je m’efforçais de rester composée mais cela devenait de plus en plus difficile.

Plus le stress de ma vie personnelle augmentait, plus je m’effilochais intérieurement; j’ai commencé à partager certains aspects de ma vie avec mes collègues et je me suis rendue compte que je n’étais pas seule à vivre une crise après l’autre. Eux aussi étaient confrontés à des parents vieillissants, des problèmes de santé, des ruptures et des difficultés avec leurs enfants. Nous étions une armée à vivre nos vies tout en nous efforçant de rentrer au travail chaque jour, d’être productifs et de réaliser nos aspirations professionnelles.

J’ai donc décidé de rédiger une série de blogues inspirés par les hauts et les bas de ma propre vie, dans le but de partager certaines leçons apprises sur la gestion de notre vie au bureau et en dehors.

Ce que j’ai appris

Si vous avez un collègue ou un employé en situation de crise

  • Cessez de juger ceux qui ne peuvent faire du surtemps pour avancer un projet parce qu’ils doivent récupérer leurs enfants ou conduire un parent chez le médecin. Faites-leur plutôt comprendre que vous avez confiance en leur capacité de livrer la marchandise à l’échéance prévue et vous verrez qu’ils vous donneront sûrement raison.
  • Offrez-leur de prendre une partie de leur charge de travail ou demandez-leur s’il y aurait une autre façon de les aider. En période de crise, un peu de souplesse au niveau des heures de travail ou quelques journées supplémentaires pour aller à des rendez-vous médicaux ou à des rendez-vous pour les enfants peuvent faire toute la différence.
  • Faites sentir à cette personne que vous n’êtes pas indifférent à sa situation. Quelques paroles bienveillantes peuvent suffire à lui rappeler qu’elle demeure un membre important de l’équipe, crise ou pas.

Si vous faites face à une crise

  • Faites preuve de candeur et d’honnêteté en ce qui a trait à votre situation. Il ne s’agit pas d’en exposer le moindre détail à votre patron, à vos collègues ou à votre employeur. Prévenez-les simplement que vous n’êtes pas en mesure de prendre des projets supplémentaires ou de travailler tard tout en les rassurant que vous les tiendrez au courant s’il y a quoique ce soit et que vous ferez de votre mieux pour maintenir votre niveau de rendement.
  • Ne vous épanchez pas sans retenue au travail. Si vous êtes continuellement en train de raconter votre histoire avec tout un chacun, vous montrez que vous passez votre temps à discuter de vous-même plutôt qu’à employer les heures disponibles pour maintenir votre rendement.
  • Si, malgré vos efforts, vous prenez du retard, prévenez immédiatement vos collègues et votre gestionnaire en préparant un plan B; soyez proactif pour que le projet puisse se réaliser sans compromis. En ce qui concerne votre patron et votre équipe, votre mantra personnel devrait être : « Pas de surprise ».

Dans mon prochain bulletin, j’aborderai l’importance de prendre soin de soi avant tout.

Partagez: