Transition :

Si votre employeur vous a offert un soutien à la transition professionnelle par l’intermédiaire d’Optimum Talent, cliquez ici pour commencer.

Formulaire de soutien à la transition de carrière

Obtenez de l’aide avec :
  • Évaluation et planification de carrière
  • Perfectionnement et optimisation du CV
  • Soutien à la création de votre profil professionnel en ligne
  • Événements de formation et de réseautage
  • Préparation à l’entrevue

Le blogue Optimum

4 façons de soutenir la santé psychologique des femmes au travail pendant la pandémie  

by Optimum Talent
Le blogue qui suit est un résumé du webinaire intitulé « Unique Matters Women Face | Workplace Emotional Health – Exploring Gender Differences », pour soutenir la santé psychologique des femmes au travail.

Le rôle des organisations dans le soutien à la santé psychologique des femmes au travail

La COVID-19 n’est pas qu’un simple virus mortel qui s’est propagé dans le monde entier. Elle a radicalement modifié nos habitudes de vie au quotidien et nos normes sociales. Sa présence engendre la propagation d’une affliction silencieuse et dangereuse qui aura des répercussions durables bien au-delà de la pandémie elle-même. Avant 2020, la santé psychologique était déjà une préoccupation croissante qui s’est amplifiée au fil du temps. Personne n’est à l’abri des problèmes de santé psychologique et, selon Deloitte, nous sommes tous susceptibles de développer un syndrome de stress post-traumatique durant cette sombre période de l’histoire. Il est cependant important de prendre en compte que, selon le Baromètre de confiance Edelman 2021, les entreprises sont maintenant considérées comme les seules institutions dignes de confiance, à la fois pour leur compétence et pour leur sens de l’éthique. Comment peuvent-elles donc tirer parti de cette position essentielle pour aider les employés à comprendre et à faire face aux problèmes de santé psychologique?

Sur le plan des affaires, la pandémie a mis en évidence le rôle que jouent les organisations dans la santé émotionnelle de leurs employés. En d’autres termes, lorsque les employés sont en détresse, les organisations  en paient le prix. Avec le prolongement des mesures de confinement, du télétravail et de l’école à la maison, la distinction entre les sphères familiale et professionnelle devient de plus en plus difficile. L’épuisement professionnel, le stress et l’anxiété sont en hausse, les femmes étant touchées de manière disproportionnée.

 

La santé psychologique des femmes au travail et les obligations familiales

Une nouvelle étude révèle qu’avant la pandémie, les hommes consacraient 33 heures par semaine aux obligations familiales, par rapport à 46 heures pendant la pandémie. Pour ce qui est des femmes, ce chiffre s’élevait à 68 heures par semaine avant la pandémie, et est maintenant passé à 95. Les femmes qui ont des enfants doivent constamment lutter sur deux fronts pour maintenir leur statut de mère exemplaire et d’employée modèle. Cette pression, souvent générée par des sentiments de culpabilité et d’échec, accroît la détresse des femmes au travail. Par conséquent, les femmes sont émotionnellement et physiquement épuisées.

 

Un recul en matière d’égalité des sexes

Qu’est-ce que cela signifie pour les organisations? Nous risquons actuellement de perdre des gains obtenus en matière d’égalité des sexes en milieu de travail. Une nouvelle étude a montré une régression de la diversité des sexes dans les rôles de direction et sur le lieu de travail en général. Aux États-Unis, 25 % des femmes songent à quitter leur emploi ou à réduire leurs responsabilités professionnelles pour s’occuper de la famille. Selon une étude similaire menée au Canada : « En quelques semaines au printemps, la COVID-19 a fait reculer trois décennies de progrès dans la participation des femmes au marché du travail, ce qui risque de ralentir la reprise de l’économie canadienne par rapport aux attentes. »

 

Comment soutenir la santé psychologique des femmes au travail?

  1. Alléger la charge mentale – accordez-vous un temps d’arrêt!

Employés : la charge mentale est souvent le produit de l’anxiété, de la culpabilité et de l’épuisement émotionnel. Une stratégie bien connue pour gérer le stress consiste à se concentrer uniquement sur les choses que l’on peut contrôler. Tammy Heermann rappelle l’importance de faire la différence entre «  être en contrôle » et « être contrôlant », ce qui risque d’aggraver le problème que vous essayez de régler. Elle suggère de choisir trois éléments importants sur lesquels vous pouvez vous attendre à obtenir une note parfaite (10/10). Autrement, vous devez changer votre mentalité et fixer vos attentes autour de 6/10. Une autre stratégie consiste à pratiquer l’autocompassion. L’autocompassion a un impact nettement plus positif sur votre santé psychologique que l’exercice, entre autres.

Organisations : pour mettre fin à ce recul, les organisations et les sociétés doivent changer leurs croyances et modifier leur discours. Songez à cet exemple concret : au cours de deux réunions, un employé a été témoin de deux situations très distinctes. Dans la première, une femme se sentait coupable de devoir consacrer deux heures de sa journée à l’éducation de ses enfants et dans l’autre, un homme était fier d’affirmer qu’il profiterait de ses deux heures de pause entre les réunions pour faire un peu d’exercice, et ce, sans exprimer de la honte ou de la culpabilité. Les entreprises doivent rappeler à leurs employés que nous traversons une période extraordinaire, et qu’il est normal de s’occuper de sa famille et de ses besoins personnels sans avoir à se sentir coupable ou à craindre de nuire à son cheminement de carrière.

 

  1. Gérer le cycle du stress – bougez!

Employés : un nouveau livre important intitulé Burnout (épuisement professionnel) décrit comment, même lorsque le facteur de stress disparaît, l’émotion associée à ce même stress persiste et à tendance à s’accumuler. Les personnes doivent en être conscientes et trouver des moyens d’éliminer cette émotion négative par l’activité physique, qu’il s’agisse de yoga ou de simples sauts sur place!

Organisations : les gestionnaires doivent aider leurs équipes à établir des priorités et à gérer leur charge de travail en fonction de leur situation personnelle. Dans de nombreux emplois, le 9 à 5 n’est plus une obligation. Si votre employé a besoin de deux heures dans la journée pour s’occuper de ses affaires personnelles, mais qu’il reprend ses heures le soir ou un autre jour de la semaine, c’est tout à fait acceptable! Montrez-lui que vous lui faites confiance et que son rendement est mesuré en fonction de son efficacité et non du temps passé devant l’ordinateur.  En outre, vous pourriez même encourager des activités physiques durant les heures normales de travail, comme un cours hebdomadaire de yoga Zoom en groupe.

 

  1. Défendre ses droits et intérêts –  vantez vos mérites!

Employés : en tant que travailleur, la capacité à se fixer des limites est une bonne façon de faire preuve de courage et de leadership. Cessez de vous reposer sur une liste de choses à accomplir dans votre journée! Concentrez-vous sur la façon dont vous ajoutez de la valeur à votre organisation, à votre manière de partager vos réalisations ou encore, de défendre vos intérêts.

Organisations : les organisations doivent récompenser les comportements sains et promouvoir les champions exécutifs. En tant que société, nous devons cesser de valoriser la surcharge de travail. Les gestionnaires doivent encourager un équilibre de vie sain (par exemple, en s’assurant que chaque employé prend ses vacances) et partager leurs vulnérabilités afin de donner l’exemple. Les gestionnaires doivent créer un climat de sécurité psychologique et ne jamais pénaliser un employé qui fait face à des problèmes de santé psychologique.

  1. Réseauter – investissez en vous-même!

Employés : la plupart des gens travaillent à domicile, alors apprenez à tirer parti de ces nouvelles règles du jeu! Rappelez-vous que le réseautage, votre positionnement dans l’organisation, la mise en valeur de votre marque personnelle et la gestion de votre carrière sont plus importants que jamais !

Organisations : les organisations ont un plus grand rôle à jouer. Les femmes et les minorités ne peuvent pas réaliser le changement par elles-mêmes. Les organisations doivent participer au dialogue en modifiant les politiques, la culture et les valeurs corporatives.

 

Vous voulez savoir comment soutenir vos collègues masculins? Lisez la deuxième partie de notre série de webinaires!

Partagez: